Quitter Venise

La Bleue

Anne Révah

Quitter Venise

epub : 9782715235205

Roman
28-08-2014
- ISBN : 9782715235199
- 14,50 €

» Zoom    

Présentation

    La première fois que je vis Marianne, ce fut au restaurant de la Giudecca où j’avais mes habitudes. À la table juste à ma droite, une femme élégante et un homme plus âgé parlaient français. Il serait plus juste de dire que j’avais d’abord entendu des rires. Des éclats de rire. J’eus envie de savoir ce qui provoquait un tel moment de joie si près de moi. Je jetai vers la femme un coup d’œil que je voulais discret. Je vis ses yeux, verts. Je ne vis que cela. Je tendis l’oreille, et écoutai leurs conversations. Je décalai ma chaise, subtilement, me rapprochant ainsi de leur table. Rien dans mon attitude ne pouvait révéler que je les écoutais.

     Violoniste, le personnage principal est embauché par une riche famille vénitienne qui cherche pour son fils Aristeo un professeur de violon et de français. L’installation dans la demeure des Gambardelli, sur les Zattere, se déroule sans heurt. Ce travail lui laisse le temps de flâner dans une Venise secrète et souvent déserte. Des déambulations propices à l’introspection qui lui permettent aussi de s’interroger sur sa propre histoire familiale… Un jour, dans un restaurant, un couple attire son attention : l’homme est aveugle et âgé, la femme, beaucoup plus jeune, lui sert de guide. Quelles sont réellement leurs relations ? Pour découvrir leur secret, il va falloir les suivre, discrètement, dans Venise…

     Après Manhattan et Pôles magnétiques, Quitter Venise est le troisième roman d’Anne Révah.

Vidéo(s)



Agenda

13 septembre 2014

Le Livre sur la Place, Nancy

13-14 septembre : Anne Révah sera présente au Livre sur la Place, à Nancy. Elle signera ses livres sur le stand de la librairie Le hall du livre.

20 septembre 2014

Librairie Kléber, Les bibliothèques idéales

17 heures : «La vie n’est pas une comédie italienne»
Dialogue entre Simonetta Greggio, Vanessa Schneider, Michela Marzano et Anne Révah.
Extraits lus par la comédienne Catherine Allégret
Respirations musicales à la clarinette et l’accordéon
Salle de l'Aubette
Programme complet des Bibliothèques idéales

20 novembre 2014

Association Paroles d'Encre, Versailles

20h30 : Rencontre avec Anne Révah (pour Quitter Venise) et Adrien Bosc (pour Constellation)
Association Paroles d'encre - Atelier Numérique
8 rue Saint Simon - Versailles



25 novembre 2014

Librairie Le Divan, Paris 15e

18h30: Anne Révah et Frederika Amalia Finkelstein ("L'oubli", Gallimard) participent à un débat animé par Norbert Czarny de la Quinzaine Littéraire, sur le thème : "Comment la littérature d’aujourd’hui parle-t-elle de la Shoah ?"
Le Divan, 203, rue de la Convention - 75015 Paris
Tél : 01 53 68 90 68 - www.librairie-ledivan.com

Revue de presse

L'Express Styles
"Les amoureux de Venise se délecteront des multiples évocations de leur refuge préféré. La lumière pâle du matin sur les Zattere, les cris des enfants qui jouent sur uin campo. Mais, avec ce troisième roman d'Anne Révah, la Sérénissime se veut le décor d'un tout autre périple, la toile de fond d'un émouvant voyage intérieur."
Lydia Bacrie

Le Nouvel Observateur
"Le lecteur se laisse doucement embarquer dans cette histoire de violoniste qui part à Venise pour y donner des cours au jeune héritier d'une famille patricienne. Ce n'est qu'à la dernière phrase du roman qu'on s'aperçoit de la manipulation dont on a été l'objet de bout en bout. Anne Révah réalise une jolie prouesse."
Véronique Cassarin-Grand

La Croix
"Outre sa prouesse narrative (qu'il serait cruel de dévoiler au lecteur), ce roman simple et beau, écrit avec une trtistesse retenue et sans apprêt, sonde le mystère des êtres et l'écho qu'il trouve dans la splendeur d'une ville antique."
Emmanuelle Giuliani

Avantages
"Dans ce livre délicieux, Anne Révah joue, mezza voce, la partition des sentiments. Sans fausse note, toute en délicatesse."
Isabelle Bourgeois

Le Monde des livres
"L'art troublant d'Anne Révah, dans ce troisième roman est de ramifier les intrigues autour d'un être silencieux et sensible - chargé du poids de la mémoire familiale, mais doté de toutes les qualités comptatibles avec la liberté". Au fil de ses flâneries, dans une Venise empreinte d'un mélange de tristesse et de délicatesse, ressurgissent des secrets violents, des blessures indicibles. Mais à cela se mêlent, au hasard des rencontres, des bribes de conversations volées- notamment celles d'un couple étrangement désaccordé: le miroitement infini de la vie des autres."
Monique Pétillon

Le Figaro Magazine
"Anne Révah sait qu'on ne choisit pas ses souvenirs. Si l'on pouvait contrôler sa mémoire, les psys mettraient tous la clé sous la porte! Son roman est évanescent comme un visage d'ancêtre qui s'efface, une lettre déchirante envoyée de Drancy. Quelle clarté, quelle habileté; si seulement tous les romans étaient écrits avec cette limpidité...L'avalanche des livres d'automne favorise les fiers-à-bras, mais n'oublions pas que le Nobel est allé à Patrick Modiano, l'écrivain le moins frimeur du monde, qui, comme Anne Révah, aborde le sujet le plus grave avec l'élégance de la légèreté."
Frédéric Beigbeder

Du même auteur

 
L'enfant sans visage


Le pays dont je me souviens


 

Recherche :

Les titres par année de parution :

Événement

Grand Prix de poésie du Ministère de la Culture et de la Communication à Franck Venaille