Le bataillon créole (Guerre de 1914-1918)

Littérature générale

Raphaël Confiant

Le bataillon créole (Guerre de 1914-1918)

epub : 9782715233881

Roman
26-09-2013
- ISBN : 978-2-7152-3387-4
- 320 pages
- 140 x 205 cm
- 19,80 €

» Zoom    

Présentation

     Parle-moi de « Là-bas » ! Parle-moi surtout-surtout de La Marne, grand vent qui voyage sans répit de par le monde ! On dit que Théodore est mort dans une tranchée. Je ne comprends pas. Pourquoi l’armée de « Là-bas » se cachait-elle dans des trous au lieu de monter au front ? Pourquoi y attendait-elle que le Teuton fonde sur elle ?

     Man Hortense a perdu son fils Théodore, coupeur de canne émérite, à la bataille de la Marne, pendant la guerre de 14-18. Mais elle ne comprend pas ce qui s’est réellement passé sur ce front si loin de la Martinique… Théodore faisait partie du « bataillon créole » dans lequel des milliers de jeunes soldats s’enrolèrent pour aller combattre dans la Somme, la Marne, à Verdun et sur le front d’Orient, dans la presqu’île de Galipoli et aux Dardanelles.
C’est du point de vue martiniquais, celui des parents des soldats, que Raphaël Confiant a choisi de nous faire vivre cette guerre. Il y a donc Man Hortense ; mais aussi Lucianise, qui tente d’imaginer son frère jumeau Lucien à Verdun ; Euphrasie, la couturière, qui attend les lettres de son mari, Rémilien, prisonnier dans un camp allemand. Et à leurs côtés, ceux qui sont revenus du front : rescapés, mutilés et gueules cassées créoles…
     Éloge de la mémoire brisée et sans cesse recousue, Le bataillon créole donne la parole à ces hommes et ces femmes qui, à mille lieues des véritables enjeux de la Grande Guerre, y ont vu un moyen d’affirmer leur attachement infédectible à ce qu’ils nommaient la « mère-patrie ».

     Né en 1951 à la Martinique, auteur de nombreux romans, essais ou poèmes, Raphaël Confiant est l’un des chefs de file du mouvement littéraire de la créolité.

Agenda

24 janvier 2014

Festival Le Goût des autres, Le Havre

18 heures : "Commémorer, une arme à double tranchant"
Dialogue entre Raphaël Confiant et Edouard Philippe.
Salle Grand Magic, quai des Antilles, Le Havre.
Programme complet

26 janvier 2014

Festival Le Goût des autres, Le Havre

16 heures : "Le romancier peut-il se substituer à l'historien"
Lecture par Firmine Richard.
Rencontre avec Raphaël Confiant
Salle Grand Magic, quai des Antilles, Le Havre.
Programme complet

10 octobre 2014

Festival des Outre-Mers, Théâtre de l'Odéon, Paris 6e

18 heures : Raphaël Confiant en dialogue avec Christian Tortel.
Renseignements

Revue de presse

Le Nouvel Observateur
"Raphaël Confiant donne enfin la parole, dans un roman puissant et terrifiant comme un orgue, à tous les jeunes Martiniquais passés de la plage volcanique de Saint-Pierre à la boue de Verdun, ainsi qu'aux mères, femmes, soeurs, qui les ont attendus dans le port de Fort-de-France où les bateaux ramenèrent, par vagues successives, des gueules cassées, des corps amputés, et des cercueils."
Jérôme Garcin

Jeune Afrique
"Le Bataillon créole est un roman jubilatoire. Il s'en dégage un charme magique que procure la parole qui s'envole de la bouche du conteur avant d'émerveiller nos oreilles, de se coucher sur notre cerveau."
Tshitenge Lubaku M.K.

L'Hebdo
"Pour la première fois en 1914, les soldats martiniquais, guadeloupéens, guyannais et réunionnais combattent au sein de l'armée française comme soldats à part entière. C'est leur histoire que Raphaël Confiant, Français de la Martinique, raconte dans ce roman sublime et poignant. Mêlant les voix des soldats qui partent par devoir, envie de gloire, ou même plaisir de tuer du Blanc à celles qui restent, femmes ou mères, il plonge dans leur tragédie avec une langue inventive, suave, brutale et poétque."
Isabelle Falconnier

Le quotidien du médecin
"Le roman polyphonique d'un conteur dont les voix nous ravissent avec des mots aussi charmants qu'inattendus et des expressions colorées et ensoleillées."
Martine Freneuil

Le Parisien
"Venu de sa Martinique natale, Théodore, comme nombre d'engagés volontaires créoles, s'est fait faucher la vie sur le front de la Marne. Sa mère essaie de comprendre ce qui s'est passé sur cette planète si lointaine qui lui a pris son fils. Un autre visage du conflit évoqué avec ferveur par l'une des grandes figures de la littérature créole."
Pierre Vavasseur

Libération
"Style oral, argot, soldats qui s'enrôlent en fanfare...Par certains aspects, le Bataillon créole rappelle Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline. Surtout quand le fracas de la guerre fait voler en éclat les illusions des personnages. Plus qu'un roman historique, ce livre est une ode aux victimes méconnues de la Première Guerre mondiale, qu'elles aient été blessées dans leur chair ou dans leur âme par le feu de la Grosse Bertha."
Emile Rabaté

Le Courrier de l'Ouest
"Le Bataillon créole s'attache aux Martiniquais embarqués de leur plein gré pour défendre une patrie qui les dédaignait. Roman polyphonique où voix de l'île et du front rendent l'écho de la guerre, ce livre ravaude les trous de l'histoire à travers les petites gens entrainés dans ce chaos."
Frédérique Bréhaut

Brune
"On ne le sait pas assez, mais ils furent plusieurs milliers de soldats originaires des Antilles, de la Guyane, La Réunion-, à participer à la grande Guerre de 1914-1918. L'écrivain martiniquais Raphaël Confiant a trempé son récit à cette période et raconte les histoires des familles de quatre soldats martiniquais engagés dans leur conscription pour combattre l'ennemi allemand."

Du même auteur

La jarre d'or


L'Hôtel du Bon Plaisir


Nuée ardente


Case à Chine


La panse du chacal


Le goût de la Martinique


Adèle et la pacotilleuse


Rue des Syriens


Le meurtre du Samedi-Gloria


L'archet du colonel


 
Brin d'amour


Madame St-Clair, reine de Harlem


L'épopée mexicaine de Romulus Bonnaventure


 

Recherche :

Les titres par année de parution :

Prix

Renaudot 2018, sélection de printemps

Le jury du prix Renaudot a retenu La petite famille dans sa sélection de printemps, établie le 15 mai 2018.

Prix

Sélection Prix Stanislas 2018

Le jury du prix Stanislas a retenu L'atelier dans sa sélection, établie le 28 juin 2018.