Le Foyer des mères heureuses

Bibliothèque étrangère

Amulya Malladi

Le Foyer des mères heureuses

epub : 9782715245754

roman
15-02-2018
- ISBN : 978-2-7152-4574-7
- 360 pages
- 14x20,5 cm
- 23 €

» Zoom    

Présentation

traduit de l’anglais (Inde) par Josette Chicheportiche

     De toute évidence, ce n’était pas la façon idéale d’avoir un bébé, mais après trois fausses couches et trois vaines tentatives de fécondation in vitro qui leur avaient coûté chacune dix mille dollars, la gestation pour autrui était devenue la seule solution, pour avoir un enfant, pour fonder une famille. La première fois qu’elle soumit l’idée à Madhu, il l’avait regardée avec des yeux ronds : « Tu as perdu la tête ou quoi ? Tu ne peux pas louer le ventre d’une femme. – Je veux un enfant et c’est notre dernière chance. Je veux la tenter. »

    Elles n’auraient jamais dû se rencontrer : Priya, américano-indienne, mariée à un brillant homme d’affaires, à l’avenir tout tracé aux États-Unis, et Asha, petite paysanne indienne, mariée à un brave homme couvert de dettes, deux enfants, sans argent et sans avenir.

    Priya sait qu’elle ne sera jamais mère. Elle sait aussi qu’en Inde on peut facilement recourir aux « services » d’une mère porteuse, il suffit de payer. Et le mari d’Asha a entendu parler de ce qu’il faut bien appeler un « commerce ». La machine ne sera pas longue à se mettre en marche.

    Ce roman, très émouvant, n’est pas écrit pour porter un ou des jugements. Il raconte l’histoire, puis le face-à-face, pas toujours facile, de ces deux femmes que tout sépare et que va réunir ce qu’il y a de plus beau, de plus important : un enfant.

    Sur un sujet encore très controversé en France, où la GPA est interdite, c’est le nouveau livre d’Amulya Malladi, (dont le Mercure a déjà publié Une bouffée d’air pur) actuellement en cours de traduction dans huit pays.

Revue de presse

15 mars 2018 Madame Figaro
"De la joie à la culpabilité, de la morale à la gratification de faire le bonheur d'une autre, le livre expose avec beaucoup de finesse, d'émotion et, surtout, sans émettre de jugement le parcours d'une mère porteuse et de sa "commanditaire". Un texte qui donne à méditer." Valérie Gans

01 avril 2018 Les Notes bibliographiques
"Un beau livre où sont posés avec finesse les questionnements des deux parties sur un sujet très grave et sensible."

Du même auteur

 
Une bouffée d'air pur


 

Recherche :

Les titres par année de parution :

Prix

Renaudot 2018, sélection de printemps

Le jury du prix Renaudot a retenu La petite famille dans sa sélection de printemps, établie le 15 mai 2018.

Prix

Sélection Prix Stanislas 2018

Le jury du prix Stanislas a retenu L'atelier dans sa sélection, établie le 28 juin 2018.