Griffonnages d'un bourgeois du Quartier latin (1869-1871)

Le Temps retrouvé : Grand format

Henri Dabot

Griffonnages d'un bourgeois du Quartier latin (1869-1871)

Livres numériques : pdf : 9782715231511 / epub : 9782715231504

Mémoires
24/02/2011
- ISBN : 9782715231498
- 348 pages
- 140 x 205 cm
- 22,50 €

» Zoom    

Présentation

     Quand Henri Dabot (1831-1907) termine sa longue carrière d’avocat à la Cour d’appel de Paris, il relit et reprend le journal qu'il a tenu quasi tout au long de sa vie adulte. Cet homme curieux de tout et fin observateur, féru d’histoire, a consigné dans des lettres, des souvenirs, des notes diverses, des griffonnages – comme il aimait à le dire lui-même – toutes sortes d’informations sur l'actualité et les mœurs de son temps, pendant près de cinq décennies. Républicain modéré et bon catholique, il aurait pu ne laisser que des écrits un peu plats et ternes, prudhommesques, mais, grâce à son esprit délié, il a au contraire donné des textes relevés et vivants, regorgeant de faits, de détails quotidiens, d'anecdotes, très plaisants à lire.
Le volume publié couvre la période courant de mai 1869 à décembre 1871. Il englobe donc les moments dramatiques de la guerre franco-prussienne, du siège de Paris, puis de la Commune. Henri Dabot a vécu les deux premières en acteur, puisqu’il était garde national, et la troisième en témoin, car il ne quitta Paris que peu de temps avant le triomphe des Versaillais sur les Fédérés.
Ces griffonnages offrent les notes prises sur le vif, au jour le jour, relatives à la guerre, à la politique, à l’alimentation et aux différents aspects du quotidien : la vie dans les caves, les bombardements, la faim, la petite vérole, l’inquiétude pour les amis et la famille, la progression des combats et des pillages dans Paris insurgé puis mis au pas.
Ultérieurement, Dabot y ajoute des commentaires destinés à fournir au lecteur des explications, des références complémentaires. Il arrive qu’il ait été lui-même étonné par son ton de l’époque, que, rétrospectivement, il se soit trouvé parfois d’esprit bien communard, jugé tantôt lâche et tantôt brave, voire bravache ; il analyse alors sa prose avec beaucoup de lucidité et d’honnêteté. C'est donc en deux temps qu'a été conçu ce qui nous reste comme l'un des plus précieux témoignages contemporains de la seconde moitié du XIXe siècle parisien : un fil quotidien, écrit au présent des événements ; et un commentaire rétrospectif, qui analyse, remet en perspective, compare, donne sa dimension historique à l'archive.

 

Recherche :

Les titres par année de parution :