Andrélie

Traits et portraits

Roger Grenier

Andrélie

Mémoires
10/03/2005
- ISBN : 2715225466
- 152 pages
- 140 x 205 cm
- 16,00 €

» Zoom    

Présentation

     Ce livre est un autoportrait d'où l'auteur aurait eu l'élégance de se retirer , comme dit Julio Cortazar que Roger Grenier cite en exergue d'Andrélie.

     Andrélie, c'est le nom de sa mère mais c'est surtout peu à peu un véritable personnage de roman qui apparaît. Fantasque, touchante, intrépide, naïve, passionnée, immensément courageuse, elle ressemble à une héroïne de Flaubert ou de Maupassant . On la voit traverser le vingtième siècle, affronter avec obstination son métier d'opticienne, en débutant avec une minuscule boutique de lunetterie rue Rambuteau, puis dans un plus grand magasin à Caen et encore trois autres plus tard dans le Béarn. Elle s'emporte, travaille, fait faillite, recommence, tente les aventures les plus risquées, ouvre un cinéma, s'en sépare, rebondit. Roger Grenier suit toute son histoire avec un détachement apparent, comme si il était le metteur en scène d'un film dont les dialogues seraient authentiques, puisés dans sa mémoire avec une vivacité inouïe. Il se souvient de chaque réplique, de chaque mimique, il la regarde vivre d'une façon si aigüe, si drôle et si tremblée que ce détachement devient peu à peu poignant. Jamais comme dans ce livre, il n'aura autant parlé de lui. Car le regard qu'il porte sur sa mère le décrit finalement bien plus que s'il se décrivait lui-même. Andrélie serait-elle le double de Roger Grenier ? Je voudrais parler de moi le moins possible. Simplement, à chaque ligne, il sera sous-entendu que nous nous aimions.

     Ce récit offre aussi en partage les coulisses de toute l'oeuvre de Roger Grenier. On y retrouve en vrai les décors de Ciné-roman, du Pierrot noir, du Palais d'Hiver. On pourrait dire qu'on y trouve leurs véritables lieux de naissance. Et c'est avec tendresse que Roger Grenier a réuni pour former le portrait fidèle de sa mère en personnage de roman , une iconographie qui a la fonction d'une mémoire familiale et qui circule dans le livre comme la mémoire collective de tout un siècle. Boutiques parisiennes du début du vingtième siècle, enseignes, premières automobiles, calèches, livrets d'opérette, affiches de cinéma, lettres, publicités, etc… Roger Grenier signe ici son livre le plus limpide, le plus fort, le plus direct.

 

Recherche :

Les titres par année de parution :

Événement

Grand Prix de poésie du Ministère de la Culture et de la Communication à Franck Venaille

Prix

Franck Venaille, GONCOURT DE LA POESIE 2017